ellen page lesbienne

Douces infos en vrac #5

Nous sommes de retour, chaque semaine, pour un article inédit sur l'actualité LGBT ! Et cette semaine, nous faisons un point sur l'actualité que vous pouvez avoir raté dans notre petit monde doux !

  • Un héros de Comics gay

Dès le 3 juin, le héros gay Midnighter de DC Comics, aura sa propre série d'album ! Le personnage Midnighter est un superhéros apparu en 1998 aux cotés de son copain Apollo, qu'on retrouve également dans ces albums. Aujourd'hui, les deux personnages vivent en couple et ont adopté un enfant. Mis à part leur vie familiale, Middnigher dispose toujours de superpouvoirs liés aux implants dans son cerveau et détruit ses ennemis sans pitié. Il anticipe leurs  mouvements et ne ressent pas la douleur, capacité très utile lors de cs combats !

           mariage apollo midnighter

  • Freeheld : nouveau film doux

Ellen Page et Julianna Moore seront à l'affiche en 2015 d'un film LGBT : Freeheld. Basé sur une histoire vraie, le film raconte les difficultés d'une policière - atteinte d'un cancer - à faire reconnaitre son couple afin que sa compagne puisse bénéficier d'une pension après sa mort.

Freeheld film lgbt

  • Looking de retour

La saison 2 de la série Looking tant attendu du coté des garçons est de retour depuis le 11 Janvier ! Retrouvez Patrick (Jonathan Croff) en pleine hésitation entre Richie (Raùl Castillo) et Kevin (Russell Tovey) mais aussi Dom (Murray Bartlett), toujours aussi troublé par Lynn (Scott Bakula) et Agustin (Frankie J. Alvarez) qui vit mal sa rupture avec Franck.

Ellen Page révèle son homosexualité

Une nouvelle a fait le buzz ce weekend sur la toile et les réactions ont fusé. En effet, la jolie Ellen Page a fait son coming out lors d’une soirée caritative organisée par Human Rights Compaign (association qui défend les droits des homosexuels), vendredi soir.

Ap ellen page 2 jt 140215 16x9 992

C’est dans un discours poignant et touchant que la jeune actrice décide de tout révéler.

J’en ai marre de me cacher et j’en ai marre de mentir par omission, explique-t-elle dans son discours. Elle continue en précisant qu’elle devait le faire car c’était une obligation personnelle et une responsabilité sociale.

De plus en plus de célébrités font leur coming-out. C’est courageux de leur part de montrer qu’ils assument et qu’ils n’ont pas peur de le montrer. En 2014, chacun devrait dire ce qu’il pense sans avoir peur de ce que les autres pensent. C’est un acte de courage qu’a fait preuve Ellen Page. Malheureusement, il y a toujours des gens qui réagissent très mal vis-à-vis de cela. Comme on a pu le lire hier sur la page facebook de LeMonde.fr, des commentaires haineux par rapport à l’annonce de l’héroïne de Juno. Ces commentaires ont été supprimés par l’administration de cette page facebook. De nombreux commentaires de soutien ont été envoyés toujours sur la page de LeMonde.fr dont celui-ci qui résume très bien ce que tout le monde devrait penser : 

Capture

Ellen Page a tourné dans plusieurs longs-métrages notamment Juno (2008), le film qui l’a fait connaître de tous, Inception (2010) avec Leonardo DiCaprio ou encore dans To Rome With Love de Woody Allen en 2012. Nous la retrouvons sur les grands écrans le 21 mai 2014, précisément, avec la suite de la saga X-Men, Days of future past.

Vous pouvez retrouver le discours d’Ellen Page, ci-dessous : 

Voici la traduction intégrale :

« Bonjour ! Wow. Merci.
Merci Chad, merci pour ces mots gentils et pour le travail encore meilleur que vous faites avec la fondation Human Rights Campaign chaque jour — tout particulièrement au nom des jeunes lesbiennes, gays, bisexuel-les et personnes transgenres ici et à travers les États-Unis d’Amérique.

C’est un honneur d’être ici et d’inaugurer la conférence Time To Thrive. C’est un peu étrange aussi. Parce que me voilà, dans cet endroit, à cause d’une asso dont j’admire profondément le travail. Et je suis entourée par des gens qui consacrent leur vie à rendre celle des autres meilleure — profondément meilleure. Certains d’entre vous enseignent à des jeunes – des gens comme moi. Certains aident les jeunes à se soigner et à trouver leur voie. Certains écoutent. Certains passent à l’action. Certains sont eux-mêmes ces jeunes gens… et dans ce cas, c’est encore plus étrange pour quelqu’un comme moi de prendre la parole devant vous.

C’est étrange parce que me voilà, en tant qu’actrice, représentant — au moins d’une certaine façon — cette industrie qui nous écrase tous de ses standards. Pas juste les jeunes, mais tout le monde. Des standards de beauté, de vie réussie, de succès. Des standards qui, je déteste l’admettre, m’ont affectée. Vous avez des idées plantées dans la tête, des pensées que vous n’aviez jamais eues auparavant, qui vous disent comment agir, comment vous habiller et qui vous devez être. J’ai essayé de les repousser, d’être authentique, de suivre mon coeur, mais ça peut être difficile.

C’est pourquoi je suis là. Dans cet endroit, on peut tous faire beaucoup plus ensemble qu’individuellement. Et j’espère que cette pensée vous remontera le moral autant qu’à moi. J’espère que les ateliers auxquels vous assisterez dans les jours à venir vous rendront plus forts. Parce que j’imagine qu’il y a des jours — des jours où vous avez travaillé dur sans que votre boss n’y prête attention, juste pour aider un môme dont vous êtes convaincu-e qu’il peut s’en sortir. Des jours où vous vous sentez complètement seuls. Minés. Ou sans espoir.

Je sais qu’il y a des gens dans cette pièce qui vont à l’école tous les jours et qui se font traiter comme de la merde pour aucune raison. Ou vous rentrez à la maison et vous vous dites que vous ne pouvez pas dire à vos parents toute la vérité à votre propos. Au-delà de vous coller telle ou telle étiquette, vous vous inquiétez pour le futur. À propos de l’université, du travail ou même pour votre propre sécurité. Tenter de créer une image mentale de votre vie – de ce qui va bien pouvoir vous arriver – ça vous brise un peu plus chaque jour. C’est toxique, douloureux, et profondément injuste.

Parfois, ce sont les petites choses insignifiantes qui peuvent vous abattre. J’essaie de ne pas lire la presse people en règle générale, mais l’autre jour, un site a publié une photo de moi allant à la salle de gym en jogging. L’auteur demandait « pourquoi cette petite beauté persiste à s’habiller comme un gros mec ? »

*pause*  Parce que j’aime être à l’aise. Il y a des stéréotypes envahissants sur la masculinité et la féminité qui définissent la façon dont nous sommes tous censés agir, nous habiller et parler. Ils ne sont à l’avantage de personne. Quiconque défie ces prétendues “normes” doit supporter les commentaires et un examen minutieux. La communauté LGBT connaît tout ça trop bien.

Malgré tout, il y a du courage autour de nous. Le héros du football, Michael Sam. L’actrice Laverne Cox. Les musiciennes Tegan et Sara Quinn. La famille qui soutient sa fille ou son fils qui vient de faire son coming-out. Et il y a du courage dans cette pièce. Vous en faites tous preuve.

Être dans cette pièce avec vous m’inspire parce que chacun d’entre vous est là pour la même raison. Vous êtes ici parce que votre motivation principale repose sur la conviction que ce monde serait bien meilleur si nous faisions tous un effort pour être un peu moins horribles les uns envers les autres. Si nous prenions juste cinq minutes pour reconnaître la beauté de uns et des autres, au lieu de s’attaquer pour nos différences. Ce n’est pas difficile. C’est même plus simple, et une meilleure façon de vivre. Et en définitive, ça sauve des vies.

Mais en réalité, ce n’est pas simple du tout. C’est peut-être la chose la plus difficile, parce qu’aimer les autres commence par s’aimer et s’accepter soi-même. Je sais que beaucoup d’entre vous ont eu des difficultés avec ça. Votre force et votre soutien m’ont inspirée, à un point que vous n’imaginez pas.

Je suis ici aujourd’hui parce que je suis gay. Et parce que… peut-être que je peux changer les choses. Pour aider les autres à vivre une vie plus simple et avec plus d’espoir. Aussi parce que je sens que j’ai une obligation personnelle et une responsabilité sociale. Je le fais aussi égoïstement, parce que je suis fatiguée de me cacher et fatiguée de mentir par omission. J’ai souffert pendant des années parce que j’avais peur d’être « découverte ». Mon esprit en a souffert, ma santé mentale en a souffert et mes relations en ont souffert. Et je me tiens ici aujourd’hui, avec vous toutes et vous tous, de l’autre côté de la barrière de cette douleur. Je suis jeune, oui, mais j’ai appris que l’amour, sa beauté, sa joie et même sa douleur, est le plus incroyable cadeau qu’un être humain puisse donner et recevoir.

Et que nous méritons tous de le vivre pleinement, à égalité, sans honte ni compromis. Il y a trop d’enfants qui souffrent de brimades, d’être rejetés ou simplement maltraités pour ce qu’ils sont. Trop d’exclus. Trop d’abus. Trop de gens sans foyers. Trop de suicides. Vous pouvez changer tout ça et vous êtes en train de le changer.
Mais vous n’avez jamais eu besoin de moi pour vous le dire. Donc c’était un petit peu bizarre. La seule chose que je peux vraiment déclarer, c’est ce vers quoi m’amène ce que je dit depuis cinq minutes. Merci. Merci de m’inspirer. Merci de me donner de l’espoir et s’il-vous-plaît, continuez à changer le monde pour des gens comme moi.

Joyeuse Saint Valentin. Je vous aime. »

×