eastern boys

Eastern Boys

Bonsoir,

 

J’ai commencé une sorte de trilogie avec Free Fall et Gerontophilia (j’espère vous les avez vu d’ailleurs :p), aujourd’hui j’aimerais vous parler d’Eastern Boys, en salles dès aujourd’hui.

 491047 jpg r 640 600 b 1 d6d6d6 f jpg q x xxyxx

Ça parle de quoi ?

Daniel aborde Marek dans une gare parisienne où ce dernier traine avec sa bande. Les jeunes viennent d'Europe de l'Est, D'Ukraine ou de Russie et passent leur temps à Gare du Nord.  Daniel, cinquantenaire, va proposer à Marek de le retrouver chez lui le jour suivant. Mais lorsque Daniel ouvre la porte de son appartement le lendemain, il est loin d’imaginer le piège dans lequel il s’apprête à tomber et qui va bouleverser sa vie.

Le réalisateur Robin Campillo, après le film Les revenants (2003) nous expose la réalité de la précarité des immigrés économiques. A travers ce film dramtique, il nous offre un nouveau regard sur cette communauté. Un film doux mais avec un fond socio-économique.

Vu l’affiche et ce que j’ai entendu dans la presse cinéma, il y a bien une histoire douce. Vous savez ce que vous ferez de votre weekend haha.

Je l'ai vu.... et je vais être honnête avec vous : 

"Bon. Je peux vous dire qu’un film de deux heures quand vous vous faites chier, vous le sentez passer. C’est un film doux pourtant mais je n’ai pas du tout accroché. Malsain, spécial, bizarre. La relation entre Marek et Daniel est très ambigüe. Au point où la fin est .... (Je suis sans mot). C'était vide. Bref, j’ai eu l’impression de perdre mon temps. Evitez le. Economisez deux heures." Cela vaut un 01/10.

Je vous laisse avec la bande-annonce, on se retrouve vendredi !

 

×