cinéma

Douces infos en vrac #5

Nous sommes de retour, chaque semaine, pour un article inédit sur l'actualité LGBT ! Et cette semaine, nous faisons un point sur l'actualité que vous pouvez avoir raté dans notre petit monde doux !

  • Un héros de Comics gay

Dès le 3 juin, le héros gay Midnighter de DC Comics, aura sa propre série d'album ! Le personnage Midnighter est un superhéros apparu en 1998 aux cotés de son copain Apollo, qu'on retrouve également dans ces albums. Aujourd'hui, les deux personnages vivent en couple et ont adopté un enfant. Mis à part leur vie familiale, Middnigher dispose toujours de superpouvoirs liés aux implants dans son cerveau et détruit ses ennemis sans pitié. Il anticipe leurs  mouvements et ne ressent pas la douleur, capacité très utile lors de cs combats !

           mariage apollo midnighter

  • Freeheld : nouveau film doux

Ellen Page et Julianna Moore seront à l'affiche en 2015 d'un film LGBT : Freeheld. Basé sur une histoire vraie, le film raconte les difficultés d'une policière - atteinte d'un cancer - à faire reconnaitre son couple afin que sa compagne puisse bénéficier d'une pension après sa mort.

Freeheld film lgbt

  • Looking de retour

La saison 2 de la série Looking tant attendu du coté des garçons est de retour depuis le 11 Janvier ! Retrouvez Patrick (Jonathan Croff) en pleine hésitation entre Richie (Raùl Castillo) et Kevin (Russell Tovey) mais aussi Dom (Murray Bartlett), toujours aussi troublé par Lynn (Scott Bakula) et Agustin (Frankie J. Alvarez) qui vit mal sa rupture avec Franck.

La douceur d'Hunger Games

Depuis bientot une semaine, le film tant attendu Hunger Games : La révolte est sorti en salle ! Et si vous découvriez de la douceur cachée ?

Le saviez vous ?

La productrice de la saga : Nina Jacobson est lesbienne et s'affiche fièrement. Selon elle, à Hollywood, "rester dans le placard c'est comme être une poule mouillée" et ne pas s'assumer tel qu'on est réellement. Pourtant avant son coming-out, elle a tenté de dissimuler son orientation sexuelle, mais sans succès.

Aujourd'hui, la productrice, mère de trois enfants, est très engagé pour la visibilité des personnes LGBT au travail. Elle a même fondé sa propre entreprise, Color Force, qui se bat pour une plus grande visibilité des femmes. Elle souhaite changer le regard dans l’industrie du cinéma et veut mettre fin au cliché de "l’héroïne assoupie qui attend son prince charmant pour la délivrer". Aujourd'hui, la princesse "est réveillée et elle a un carquois et des flèches", comme l'héroine de la saga Katniss Everdeen.

Un point sur le film

Pour ceux qui n'aurait toujours pas vu le 3ème et avant dernier volet de la trilogie, voici la bande annonce ! Un conseil, préparez vous d'ore et déjà à être frustrée jusqu'à l'année prochaine à la fin de ce premier volet!

Et si vous n'avez pas eu votre dose de douceur quotidienne dans cette article ou dans ce troisième volet, souvenez vous du bouche à bouche entre Peeta et Finnick dans Hunger Games : L'embrasement ! Ou optez pour une douce fanfiction qui vous fera rêver jusqu'au film final !

Festival Chéries-Cheris, 20 ans !

La fin des vacances est déjà là alors finissons en beauté avec une annonce cinématographique qui fait du bien ! Le festival Cheries-cheris  fête ses 20 ans cette année, découvrez le programme de cette semaine riches en films, avec la marraine de cette édition : Arielle Dombasle.

Le film Praia do Futuro, du réalisateur brésilien Karim Aïnouz ouvrira le festival le 25 Novembre à 20h au cinéma MK2 bibliothèque. Le film raconte l’histoire d’un Brésilien Donato qui part à Berlin à la recherche de son amant allemand rencontré dix ans plus tôt. Une semaine plus tard, le 2 Décembre, le festival s’achèvera sur la remise des prix du festival et le film d’Abdel Ferrara : Pasolini.

Film cheries cheries

Puis toute la semaine, aux cinémas MK2 Bibliothèque et Beaubourg, vous découvrirez ou re-découvrirez des films marquants de ces dernières années.

Le festival cheries-cheris remettra également un prix pour le meilleur film, documentaire et court métrage de la sélection. Dans le jury on retrouve notamment : Ava Cohen, rédactrice de Clap magazine,  le journaliste Arthur Dreyfus, la directrice du festival LGBT Agnès Boulmer et Christophe Martet, directeur de la publication de Yagg. Vous pouvez retrouver tous les films en lice sur le site officiel du festival !

Au programme aussi : sélections de court métrage LGBT, découvertes, débats et rencontres. Le programme complet sera bientôt en ligne donc restez connectés avec nous pour réserver vos places !

My Two Daddies, un nouveau drame poignant pour cet automne

Hello, c’est Hugo !

Je fais mon retour sur le blog pour vous présenter aujourd’hui un film qui risque de faire parler de lui dans les prochaines semaines ! Il s’agit de « My Two Daddies ».

 

My Two Daddies raconte l’histoire deux homosexuels Paul et Rudy vivant une histoire d’amour passionnelle lorsqu’il rencontre Marco, un enfant atteint de la trisomie 21, qui se trouve être leur voisin. Le jour où la maman de Marco, toxicomane, se fait enfermer en prison, la garde de son fils va être confiée aux deux hommes qui vont d’abord faire croire aux gens qu’ils sont cousins.

Le jour où la société découvre que Paul et Rudy sont en réalité en couple, ils sont attaqués de toute part. C’est alors que leur combat pour la garde de Marco débuta.

Inspiré d’une histoire vraie, ce drame poignant porté par Alan Cumming (The L Word, Spy Kids, The Good Wife) & Garret Dillahunt (Raising Hope) porte un message. Les parents homosexuels ont droit d’avoir des enfants. Le film risque de relancer la polémique de l’adoption homoparentale qui fut très discutée ces derniers mois.

En attendant, nous devrons nous armer de patience, car le film ne sortira chez nous que le 19 novembre 2014. Notez bien dans vos agendas la date !

Je vous laisse découvrir la bande-annonce qui m’a déjà mis les larmes aux yeux : 

Bound, un thriller lesbien.

Profitez de vos derniers jours de vacances pour regarder un thriller lesbien renversant : BOUND !


Bound est un thriller américain réalisé en 1996 par Lana Wachowski et Andy Wachowski à qui l’on doit notamment la triologie Matrix.

Ils mettent en scène un duo d’actrice talentueuses : Gina Gershon (Driven, Ps : I love you, LOL) dans le rôle de Carky et Jennifer Tilly  (Chucky, Menteur,menteur) en tant que Violet.  A ce duo s’ajoute également Joe Pantoliano (Le fugitif, Percy Jackson, Les sopranos) et Christopher Meloni (New York Unité spéciale)

Le synopsis : Violet, maîtresse d'un truand spécialisé dans le blanchiment d'argent pour la mafia, se prend d'une passion violente pour Corky, voleuse, en liberté provisoire après cinq ans de prison et qui repeint l'appartement de ses voisins. Violet décide de séduire Corky. Elle ne manque pas d'arguments car son compagnon cache dans leur appartement deux millions de dollars...


Mon avis :

Au début les 20 premières minutes du film m’ont déstabilisée. Avec la VF, cela paraissait mal joué, monté de toute pièce, un peu vulgaire et digne d’un vieux film pour satisfaire les fantasmes lesbiens d’un public masculin.  La « sexy » hétéro attire la lesbienne « butch » en utilisant une excuse bidon, ici la plomberie, qui les amèneront à un rapport lesbien.

Cependant, dès que l’histoire du thriller se met en route, j’ai été transporté par l’histoire. La romance entre les deux femmes est au second plan, bien que centrale pour l’histoire. On suit avec attention les étapes et les rebondissements qui amènent au final de l’histoire de trafic de la mafia, à laquelle est de par sa relation avec son « mari » Caesar associée Violet.

L’histoire du trafic est bien amenée, bien jouée et laisse le spectateur en haleine jusqu’à la fin... On ne sait pas si Violette continuera son plan avec Corky ou finira par craquer face au pouvoir de Caesar. Ce film mêle trahisons et règlements de compte, dans un cadre sombre, parfois trop (c’est un petit bémol du film). Le suspense est intéressant, l’histoire souvent inattendue et le spectateur va de déboires en surprises maintenu en haleine par les rebondissements.

Le couple d'arnaqueuses amoureuses sera-t-il triomphant de la mafia ou cela finira-t-il dans le sang et les larmes ? Découvrez le après le visionage du BOUND !

Pour ceux qui veulent voir le trailer avant de se laisser tenter !

MAESTRO, un chef d'oeuvre estival !

Hello hello !

Aujourd’hui, en cette fin août, j’aimerais vous faire part de mon coup de cœur ciné de l’été. Il s’agit d’un film français : MAESTRO.

 

Porté par Pio Marmai (« Le Premier Jour du Reste de ta Vie », « Un Heureux Evènement ») & Michael Lonsdale (« Des Hommes et des Dieux », « Agora »), le film parle notamment de la rencontre entre un jeune acteur qui tente de percer dans le cinéma et un réalisateur âgé qui monte un film sans budget. Réalisé par Léa Fazer (« Ensemble, c’est tout », « Notre Univers Impitoyable », « Cookie »),  ce petit film français est à la fois attachant et méchamment efficace. Cela montre qu’en persévérant dans son travail, on peut réussir.

 

De la réalité à la fiction

Derrière ce film se cache une histoire des plus incroyables. Maestro est un film tiré de faits réels. En effet, ce film est la reproduction cinématographique de la rencontre entre le jeune Jocelyn Quivrin et le réalisateur Eric Rohmer. C’est Quivrin qui a écrit le scénario avec Léa Fazer, à la finalisation du script, le jeune comédien décède dans un tragique accident de moto en 2009. Léa Fazer a d’abord décidé d’abandonner le projet avant de le poursuivre en hommage à son ami proche.

 

Pourquoi Maestro sur le Monde est DOUX ?

L’une des personnages interprétée par la superbe Alice Belaïdi (« Workingirls »,  « Sous les Jupes des Filles ») est douce et va tenter de séduire le personnage féminin principale jouée par Deborah François (« Populaire »,  « Un Beau Dimanche », « Zarafa »).

 

Voici ma (petite) critique de ce qui est pour moi un chef d’œuvre :

« Honnêtement, c'est pour le moment, le meilleur film de l'année. Il démontre exactement le pourquoi j'ai envie de travailler dans ce milieu. Je veux écrire des films comme ça. J'ai été subjugué. J'en perd mes mots. »
10/10

 

Découvrez la bande-annonce : 

Disney et la douceur

Bonsoir!

Aujourd'hui, j'ai envie de m'éloigner un peu de l'actualité pour aborder un sujet que nous apprécions fortement: Disney. En effet, les films de Walt Disney Pictures ont bercé l'enfance de beaucoup de personnes, y compris l'équipe du Monde Est Doux. Vous vous demandez sûrement pourquoi parler de Disney et de douceur en même temps sachant qu'aucun long métrage ne traite de ça en tant que sujet principal... Eh bien, vous allez certainement être surpris !

Depuis le film La Reine des Neiges (Frozen), le débat a été relancé sur les réseaux sociaux. Et si l'on passer en revue quelque personnages qui pourraient avoir un lien avec la douceur.

Tout d'abord chez les méchants. Par exemple, prenons le cas de la méchante Ursula dans La petite Sirène. Elle a été inspirée d'une dragqueen prénommée Divine.

divine ursula

Toujours chez les méchants, on retrouve souvent le personnage type féminisé, très cliché doux, comme le gouverneur Ratcliffe dans Pocahontas. Le genre de méchants qu'on ne voit jamais avec des femmes, avec des tenus très fashion et maniéré. L'acteur qui double le gouverneur est le doux David Ogden Stiers. D'autres vilains comme Jafar dans Aladdin ou encore Capitain Hook dans Peter Pan possède cette attitude semblable.

gouverneur ratcliffe

Mais les personnages n'ont pas forcément besoin d'être vilains pour paraître doux. Par exemple dans Le roi Lion avec Timon et Pumba. La voix de Timon est doublée par l'acteur gay Nathan Lane. De plus, ils sont l'argument type du fait que deux personnes du même sexe peuvent élever un enfant. Leur hymne Hakuna Matata s'apparente également à une chanson de Gay Pride: être heureux, libre, sans soucis...

timon and pumbaa

Ou encore récemment dans les héroïnes, le personnage de Merida dans Rebelle. En effet, cette princesse Disney refuse de se marier avec un garçon (peut-être aime-t-elle les filles ?). Avec un caractère un peu de garçon manqué, elle défend des idées féministes.

merida

Malgré ces quelque exemples de personnages à tendance douces, beaucoup de personnes pensent que Disney est une machine à rendre les gens rugueux. Je finirai donc mon article par cette image qui en dit gros sur ce que l'on pense dans Le Monde Est Doux.

disney gay kiss

Lecture d'été: Nos Etoiles Contraires

Durant le début de l'été j'ai eu l'occasion de lire un livre vraiment beau, que j'aimerais partager avec vous.

Ca ne traite pas de la douceur, certes, mais je suis certaine que vous apprécierez tout autant car douceur ou rugosité n'est pas important ici. Parce que l'histoire pourrait concerner des doux, l'importance n'est pas là, c'est la maladie, l'amour et la vie qui sont au centre du récit. En ces jours pluvieux, vous aurez sûrement le temps de vous rendre dans la librairie la plus proche ou dans la bibliothèque municipale pour vous le procurer: je parle évidemment du best-seller Nos Etoiles Contraires (ou The Fault is in Our Stars) de John Green. Ca fait un moment que ce livre fait le buzz sur les réseaux sociaux, tout le monde ne parle que de ce bouquin depuis des mois et le 22 août prochain, l'adaptation cinématographique sortira dans les salles françaises.

nos étoiles contraires

L'histoire de ce roman sans vous spoiler parle d'un bout de la vie d'une jeune fille de 16 ans, Hazel Grace Lancaster atteinte de cancer. Elle rencontre Augustus Waters qui est en rémission depuis un an de son ostéosarcome (qui est une forme de cancer rare). On partage dans ce livre un petit bout de la vie de la jeune Hazel qui est sans doute le meilleur moment de sa vie.

the fault is in our stars

C'est un récit sur la maladie, l'amour, la vie, l'espoir, la mort... Il illustre la vie au rythme cancer où chaque moment est vécu comme si c'était le dernier car il peut l'être.

okay okay

Il n'y a aucun élément superflu, toute la narration met en place l'histoire. On ne peut pas s'empêcher de s'attacher aux différents personnages. On peut sentir au court du roman de l'humour cynique de la narratrice, elle est très réaliste et quelque fois défaitiste, mais c'est sa façon d'accepter les choses, alors nous lecteurs, on accepte ça également.

Beaucoup de choses dans Nos Etoiles Contraires semblent injustes on se dit 'Merde, ce ne sont que des enfants, ils connaissent déjà la souffrance, la maladie et la mort... Ce n'est pas juste! Ce n'est pas comme ça que ça devrait être!'. Mais la vie n'est pas toujours parfaite mais elle continue et on doit faire avec et se battre pour vivre le temps de vie qu'on a ou espérer avoir un sursis.

metaphor

J'ai pleuré durant les 50 dernières pages. Parce que c'est triste, qu'on ne peut rien faire, et toute la frustration, l'impuissance qu'on ressent face à ce qui se passe ne peut passer que par les larmes (enfin c'est comme ça que je l'ai vécu). C'était tellement difficile à lire que j'ai dû faire une pause dans ma lecture. Trop d'émotion d'un coup. Mais pas de mélodrame, non, c'est de la tristesse authentique qu'on a déjà tous vécu en perdant quelqu'un qui nous était proche. Sans forcément connaître le quotidien de la maladie (car le quotidien nous est raconté dans le livre si on ne l'a pas vécu irl), on a tous déjà perdu une personne qu'on aimait et qui est partie trop tôt. On sait qu'en lisant ce livre, on n'aura pas d'happy ending, la mort est partout du début à la fin. Mais on a l'espoir que les personnes gagnent tous un sursis sur leur temps de vie.

gus et hazel

Ce livre montre beaucoup de choses de la vie, l'auteur amène les lecteurs à relativiser sur notre propre existence. Nous allons tous mourir un jour, certains meurent malheureusement plus tôt que ce que l'on souhaiterait. Mais la vie n'est pas une machine à exaucer les voeux. Seulement, on peut vivre au maximum la vie qu'on a, qu'elle soit courte ou non, il faut profiter au maximum de chaque instant qu'on passe avec nos proches.

infinites

Inutile de vous dire ce que j'ai pensé du livre, vous aurez sûrement compris que je l'ai adoré. L'auteur dit les choses telles qu'elles sont, on sait ce qui se passe, soit on l'ignore et on se laisse surprendre à la fin, soit on se prépare psychologiquement à supporter ce qui va suivre.

J'ai maintenant juste hâte de voir l'adaptation au cinéma, parce que je pense qu'Ansel Elgort colle parfaitement au personnage d'Augustus Waters et j'attends d'assister à la performance de Shailene Woodley en Hazel, mais je ne pense pas être déçue! De plus on retrouve dans la BO du Birdy et du Ed Sheeran... Difficile de faire mieux...